• Alex

Article Paru Dans "ChanoMa"

C'est avec un grand plaisir que nous figurons dans le magazine mensuel de thé intitulé « Cha no Ma » 茶の間, signifiant littéralement Salon (de thé) car le thé est censé faire partie intégrante dans les maisons Japonaises (du moins autrefois).


Voici la traduction de l'article original paru en Japonais:


L'objectif est de conserver l’esprit du thé et d'innover à la fois.


MANDARACHA (qui signifie MANDALA DU THÉ) est né en 2020 dans le quartier traditionnel de Miyagawa-cho, aux abords de la rivière Kamo, où l'atmosphère du vieux Kyoto reste bien préservée.


En plus de déguster des thés de tout le Japon provenant principalement de variétés uniques de feuilles de thé produites dans un seul champ, des ateliers sont également organisés pour en savoir plus sur le thé.


Le propriétaire Alexandre Nicolau est un chimiste avec une histoire de dix ans d'innovation dans une grande entreprise de boissons japonaise. Il s'est intéressé au Japon lorsqu'il était étudiant, et entre deux emplois dans sa carrière, il s'est rendu au Japon dans le cadre d'un programme de vacances-travail. Il était absorbé par les merveilles du thé Japonais, et il l'a longtemps apprécié comme passe-temps pendant 20 ans.


Ce qui m'a fortement attiré, c'est l'histoire de la fabrication du thé Japonais. Il existe de nombreux types de thés dans le monde mais la technique d'étuvage des feuilles de thé héritée de la Chine est désormais une spécificité Japonaise. De plus, « il existe différentes méthodes de fabrication dans chaque zone de production au Japon, et j'ai été captivé par cette diversité. "


M. Nicolau visite régulièrement les zones de production et écoute attentivement les histoires des producteurs: comment le thé est cultivé, l'histoire locale de la zone de production et l'histoire de chaque feuille de thé. Il aime partager l'origine et les feuilles de thé avec les clients qui viennent au magasin. "J'aime en parler au point que je ne peux plus m'arrêter"


Car M. Nicolau a une conviction: « Les feuilles de thé sont certainement plus chères et moins pratiques que le thé en bouteille. Mais une fois que vous comprenez la qualité et réalisez que le thé frais peut être facilement préparé, la différence de prix pour une experience incomparable est marginale ».


« Mon objectif n'est pas de vendre du thé, mais de protéger l'esprit du thé et de créer de la valeur artisanale. Je ne suis pas un maître de thé, mais je me définis comme un innovateur. A partir de maintenant, j'aimerais relever le défi de créer de nouvelles idées pour propager les valeurs du thé Japonais et le connecter au reste du monde."


Merci à Okada-san et à toute son équipe à qui nous voulons exprimer toute notre gratitude.


Pour vous abonner au magazine "Cha no Ma" (en Japonais), veuillez visiter cette page :http://5106.jp/#about




12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout